Abidjan : Qui sont vos voisins dans les transports en commun ?

Abidjan, les déplacements se font majoritairement en Gbaka*, en woro woro* et en bus pour de nombreux Abidjannis. On rencontre diverses personnes lors de nos déplacements et parfois des personnages insolites dans les transports en commun. Un petit décryptage s’impose.

Adjamé Gare des Gbakas
Adjamé Gare des Gbakas crédit photo Zak Le Messager CC

Fidèle usager des transports en commun de la capitale économiquement institué depuis déjà bien longtemps Abidjan, j’ai pu rencontrer durant les nombreux trajets entre les différentes communes plusieurs catégories de passagers. On partage parfois les mêmes peurs devant le zèle du chauffard qui nous sert de conducteur, cet ancien apprenti gbaka* qui a vraisemblablement réussi à se faire faire un permis par les autorités.
Du timide à l’ultra bavard, en passant par le geek, je vous propose aujourd’hui de faire le tour de ces personnages particuliers qu’on rencontre dans nos transports en commun.

1) Le questionneur
Ce personnage vous posera des questions sur tout ce qui se passe. Tout semble l’intéressé.
Qui a gâté le feu encore ? Pourquoi ça n’avance pas ? Que se passe-t-il encore ce matin ? Que font les policiers à ce carrefour ? Etc.
C’est sur qu’avant la fin du trajet vous aurez juste envie de lui dire que vous n’en savez rien. Et au cas où il ne l’aurait pas remarqué, vous êtes assis avec lui dans le taxi, vous n’avez donc pas plus d’informations que lui.
Mais comme on se retrouve souvent à 3 ou 4 dans la voiture, on feindra de ne pas l’entendre, en espérant qu’un des autres passagers daigne bien lui répondre.

2) Le DJ
Avec un vrai portable chinetoc*, à vos côtés il jouera un son qui vous fera perdre le fil de vos pensées matinales. Kpangor* et autres sonorités urbaines sont de mise. Il n’hésitera pas à fredonner les paroles habituellement incompréhensibles de ces rythmes que seuls les initiés peuvent reprendre en cœur.
Des fois j’ai juste envie de lancer mon jukebox afin lui balancer un bon son dirty south avec de vraies basses lourdes pour lui faire comprendre qu’on peut aussi se jouer les DJ sans mal, DJ Messager il connait pas encore, non, mais allo quoi.
Mais finalement tu te résoudras à prendre le chemin diplomatique et avec tes écouteurs tu te laisseras emporter par l’hymne des vainqueurs, merci au Pasteur Mohammed Sanogo.

3) Le super pressé
Celui-là, tu le rencontreras sapé et tiré à quatre épingles, il va au travail ou à un rendez-vous important. Malheureusement pour lui le gbaka est encore vide, et le chauffeur attend tranquillement les autres clients. Le super pressé va rappeler au chauffeur que les clients sont sur la route en train d’attendre des véhicules, il y a aussi la chance pour lui sur le chemin.
On a juste envie de lui dire, mais lève toi plus tôt ça serait déjà ça de gagner. L’embouteillage interminable de la Riviera n’est pas fait pour le calmer. Ses yeux figés sur sa montre, il doit surement espérer que les aiguilles s’arrêtent pour lui permettre de croire qu’il sera à l’heure, de sa montre.
Le football et certaines séries arrivent à transformer plusieurs autres personnes en ce personnage super pressé.

4) Celui qui n’a pas la monnaie
Les chauffeurs et apprentis détestent ce client. Malgré que ces derniers prennent le temps de préciser à chaque arrêt à leurs clients de monter avec la monnaie, c’est vrai que soit dit en passant, nous ne savons pas ce que les transporteurs font avec leur monnaie chaque jour, mais bon, ce client montera et au moment de descendre, il s’empressera de tendre une très grosse pièce de 500 FCFA. C’est vrai que sur la route de l’émergence, la pièce de 500 FCFA n’est pas considérée comme de la monnaie. S’en suivra alors une longue et ennuyeuse discussion avec le chauffeur ou l’apprenti. Les injures ne sont pas très loin. Surtout si le passager pressé est dans les parages, le véhicule ne redécollera pas de sitôt.

Abidjan
Abidjan source Wikipédia

5) Le politicien
Lui, il connait tous les politiciens du pays. Ce titrologue en chef maitrise tous les rouages de la politique africaine. Il va ramener tout ce qui se passera durant le trajet à la politique. Les feux tricolores en panne, les panneaux endommagés et autres dégâts seront décortiqués et expliqués. Si de surcroit il a des talents d’historiens, il se transformera en un vrai guide touristique. Plus le trajet sera long, plus il vous en apprendra sur la république.

6) Le breakeur (Dragueur)
Voilà un pour qui les techniques d’approches sont simples. Chaque voisine est une aubaine et il faut en profiter. Les autres passagers ne l’intéressent guère, sa voisine est son soucis du moment. Il faut qu’il se dépêche, la proie pourrait descendre bien assez tôt. La conversation finira par la demande du numéro, nom et prénom et si possible l’adresse. Les agents du recensement général devraient s’en inspirer. Le numéro sera rapidement vérifié à l’aide d’un petit bip. Il finira parfois par payer le transport de sa nouvelle amie si elle est chanceuse.

7) Le geek
Smartphone ou tablette entre les mains, les yeux rivés sur l’écran, les autres passagers il n’en a que faire. Son soucis majeur durant toute la durée du trajet, live twitter tout ce qui se passe. Un bouchon, un accrochage et voici un tweet #Civroute #Abidjan #Kpakpatoya…
Hyper connecté à souhait avec ces écouteurs, il guette toujours le moindre scoop qui pourrait faire plaisir à sa TL.

8) Le menteur
Celui-là, personne ne l’aime. Il alimentera la rubrique affairage du jour au bureau. Le menteur oubliera qu’il n’est pas seul dans le véhicule. Son téléphone à l’oreille, le voici en train de causer à haute voix, comme si de rien n’était. Il va vous faire douter de votre destination.
Sur un trajet interurbain dans la commune de Cocody, il ne se cachera pas pour affirmer être à l’intérieur du pays ou dans une autre ville.
Les véhicules de transport en commun seraient donc devenus des endroits magiques. En plein dans la commune d’Adjamé, le menteur pourra affirmer être dans un embouteillage dans une autre commune en périphérie à Yopougon. Il finira par vous sortir son petit sourire.

Gbaka
Gbaka source Wikipédia

9) Le moniteur d’autoécole
Lui, il connait tout le Code de la route. Les dépassements c’est à gauche, le feu orange on ne passe pas, les policiers, on ne doit pas descendre de la voiture pour aller vers eux. La vitesse du véhicule et le bruit du moteur lui permettront de vous donner des indications sur votre conduite à Abidjan. Vous sortirez de votre petit trajet, avec une bonne révision gratuite du Code de la route.

10) La femme perdue
Elle est ma préférée. « Je descends », s’exclamera-t-elle à l’endroit où elle veut descendre. Elle ne se souciera pas des voitures qui viennent derrière et de l’endroit. Elle veut descendre là et maintenant. Elle l’a dit et le chauffeur doit arrêter son véhicule là, à l’instant. Les freins servent à quoi voyons.
De plus elle risque de donner une grosse pièce au chauffeur. Ce dernier ne fera que râler pendant tout le reste du trajet. Cette dame est spéciale parce qu’on a toujours l’impression qu’elle est surprise d’être arrivé à bon port, sacré chauffeur et ces airs de Schumacher.

Il reste encore plusieurs personnages à ajouter à cette liste. Le mannequin qui prend toujours tout son temps pour monter dans le woro woro, le client exigeant qui veut être assis devant ou à une place de choix, le client qui ne sait pas où il va, mais ne dit rien, le client qui a peur d’être braqué et surveille tous vos faits et gestes, le voyeur qui surveille votre écran et lit vos SMS en douce et encore plusieurs autres à découvrir dans le transport à Abidjan.

11) Et toi qui es-tu ?
Oui, il ne reste plus que toi qui ne rentres dans aucune de ces catégories, me rappelle ma conscience.
C’est vrai que je suis plutôt celui qui écoute sans trop parlé, celui qui ri dans son coin, avec mon Google keep ouvert, en train de bricoler une note. C’est vrai que pour 50 FCFA de monnaie, on laisse la tension monter parfois un peu haut. Mais bon pour 150 kilos à déplacer, les 50 FCFA c’est le bonus pour les amortisseurs du véhicule, aholé deh.

Chinetoc* couramment utilisé pour désigner un téléphone non original
Gbaka* Car de transport de personne
Woro woro* Véhicule personnel utilisé pour le transport en commun
Kpangor* Danse urbaine ivoirienne

The following two tabs change content below.
Zak Le Messager
Zak Le Messager est Ivoirien, vivant à Abidjan. Economiste de formation et commercial, je suis un passionné de technologie et un amoureux de JESUS. J'aime également écrire des poèmes et je m'amuse à bloguer sur plusieurs plateformes.
Zak Le Messager

Derniers articles parZak Le Messager (voir tous)

20 thoughts on “Abidjan : Qui sont vos voisins dans les transports en commun ?

  1. Looool Zak le geek là c’est toi. Wallaye ne dis pas le contraire.
    Celui qui me tue c’est le dragueur. Moi j’adore manger dans la rue.
    Quand j’emprunte un taxi j’ai souvent de quoi grignoter il te sort bon appétit tu dis merci avec le sourire? C’est mort là….
    Super billet.

  2. Le N°7 correspond très bien à plusieurs profils de Mondoblogueurs que je connais lol.Le N°8 et 10 m’amusent beaucoup.Aholé Zack.Tu as rajouté deh.Joli billet,à partager…

  3. Si c’était à Port-au-Prince, j’ajouterais l’inquisiteur. Celui-là ne détache jamais ses yeux de l’écran votre téléphone quand vous lisez ou envoyez un message.

  4. Zak le kpakpato, moi, le transport en commun, c’est presque mon quotidien. Walaye, tous les chauffeurs sont mes badés. Tous les clients sont bons pour moi pourvu qu’a la fin, il paye leur kasso. Nous on cherche l’argent, le reste c’est le décor. Si l’apprentis, une autre catégorie parmi mes cousin, prend ton « jeton » il peut te déposer à mis chemin et dire qu’il y a embouteillage devant. Je ne me retrouve helas nulle part dans ta liste. Mais il faudra songer à ces nouveaux voleurs qui parlent en code au chauffeur. Surtout dans les WoroWoro…Car comme toi le le dis si bien ‘On rencontre diverses personnes lors de nos déplacements et parfois des personnages insolites dans les transports en commun.’

    1. Merci Aly Coulibaly, c’est vrai que les apprentis sont des personnages à part. On ne finira de parler de leurs comportements et agissements. Les woro sont devenus de véritable unité de vol. Monte la vitre et voila ton portable dans leurs mains.
      En tout cas, on les regarde seulement de loin. Aholé deh.

  5. celui qui m’amuse c’est le menteur.Il n’est pas que typique pour les transpots en commun.cela arrive souvent de mentir sur son lieu surtout quand la personne vous doit de l’argent et n’est pas en mesure de vous rembourser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *